Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Moyen Âge

Publié le par societe-histoire-grand-couronne.over-blog.fr

Vous pouvez prendre connaissance de ce nouveau texte " Moyen Âge " dans la rubrique : histoire de Grand-Couronne

Partager cet article

Repost 0

XVIe et XVIIe siècles

Publié le

 

 

XVIe et XVIIe siècles

 

 XVIe siècle

Commencent à s’envenimer les rapports à propos du titre de seigneur de Grand-Couronne : les religieux de Saint-Pierre-sur-Dives prétendent y avoir droit. Les tenants du fief Deshaies, qui existent depuis les 12e et 13e siècles, négligeront cette prétention jusqu’au 18e siècle. La famille qui le possède au début des années 1500 est celle des Poillelevillain, qui le rend à la famille de Civille (avec droits de moulin et de colombier). Enfin, pour plus longtemps, il passe à Jean Bonshoms et ses successeurs.

 

La forêt est surexploitée. L’Assemblée municipale de Rouen affirme, le 24 avril 1506, que “les forêts sont épuisées ; si l’on voulait tirer du bois de celle du Rouvray, elle serait détruite et rasée en moins de trois ans”. Le “bateau de La Bouille”, qui assurait des voyages épisodiques depuis 1477, fonctionne régulièrement à partir de 1523, halé sur un chemin qui longe la Seine sur la rive droite.

L’ordonnance de Villers-Cotterets (1539) impose désormais la rédaction des actes d’état civil en français, et non plus en latin. Dès lors “Corona” est définitivement remplacé par Couronne. Mais on trouve encore jusqu’en 1640, dans la paroisse, des actes rédigés en latin. La chapelle Saint-Eustache, qui avait survécu à la guerre de Cent Ans, est détruite en 1562 (ou 1563) par les protestants lors de la première guerre de religion.

 

 XVIIe siècle

Les religieux de Saint-Pierre-sur-Dives (fief de l’Épinette) et les tenants du fief Deshaies continuent leur querelle à propos de la seigneurie de Grand-Couronne. Les premiers démentent aux seconds le droit de faire sonner les cloches pour leurs plaids et celui d’avoir un siège particulier à l’église. Le fief Deshaies passe en 1667 de la famille Bonshoms à celle des Soyer d’Intraville. Ceux-ci le vendent en 1692 à Le Cormier de Sainte-Hélène. À la fin du siècle (1698), Haillet en prend possession.

 

Ce siècle (règnes d’Henri IV, Louis XIII et Louis XIV) est une période très difficile pour les Français en général et pour la paroisse en particulier. En effet, la peste réapparaît à Rouen et dans ses environs. À ce fléau s’ajoute celui des conflits rouennais avec l’État qui amènent dans notre région des mouvements de troupes “qui vivent sur le pays”, pillant les modestes ressources des paysans, semant la peur et la désolation. Ainsi la révolte des “Nus-Pieds” contre la gabelle (impôt sur le sel) et d’autres taxes culmine d’août à novembre 1639, à Rouen, où se déroulent les incidents les plus graves de la sédition (saccages des bureaux de recettes, incendies de maisons de percepteurs, mise à mort d’agents des finances …). En novembre, le roi envoie le maréchal de camp Gassion et ses troupes mater la révolte. Ils passent à Grand-Couronne les 13 et 14 ; en décembre, ils y repassent. Tout ce monde, dont le chef, loge dans la paroisse, ainsi qu’à Moulineaux et à Oissel. On y voit même passer, au début de 1640, le chancelier Séguier.

 

Des faits semblables se déroulent au moment de la Fronde, révolte des nobles contre l’autorité royale (1649). Des combats confus ont lieu à La Bouille en mars, à Moulineaux en mai, avec les mêmes conséquences calamiteuses : “Dans les huit ou dix lieues où nous avons séjourné pendant deux mois, nous avons mangé sur le pays sans rien payer”, dit le duc d’Harcourt, chef des troupes royales.

 

Plus généralement, les guerres qui ont été menées si fréquemment contre les voisins de la France et en Europe ont nécessité des levées d’impôts très lourdes à supporter. Ajoutées à de fréquentes disettes (sept sous le règne de Louis XIV) dues aux aléas climatiques ou aux ravages des gens de guerre, elles plongent les populations, surtout rurales, dans une extrême misère. En 1621, un arrêt du Conseil et des lettres patentes du roi déchargent les habitants de Petit-Couronne, de Grand-Couronne et de Moulineaux du paiement de la taille de l’année, qu’ils auraient été bien incapables de fournir. Mais lors de la plus terrible crise, celle de 1692 à 1694, où l’on mourut vraiment de faim, les gens furent réduits à manger de l’herbe, la chair des chevaux, des chiens, à la suite des saisons pluvieuses et froides, catastrophiques pour les récoltes. On a évalué le nombre des morts en France à 1 600 000 (J. Dupâquier) ou à 2 800 000 (M. Lachiver), famine et peste, pour une population totale de 20 millions.

 

La forêt de Rouvray souffre, elle aussi, “du cynisme de Grigous, affairiste sans scrupules, toujours prêt à réaliser de juteuses opérations financières, facilitées par le manque de clairvoyance et de volonté des gouverneurs. La rotation des coupes y est fixée à 14 ans (32 en forêt de La Londe). Les arbres de 300 arpents seulement sur 8030 atteignent l’âge de 20 ans. Les aliénations du domaine sont nombreuses : 180 arpents en faveur de Robert de Hanyvel, 600 au premier président de la Cour des Comptes et, en particulier, pour Antoine de Gaumont, homme d’affaires de Mazarin et maître d’hôtel de sa Majesté, qui devient seigneur des Essarts en 1657 et acquiert 209 arpents. Mieux, l’affairiste Bonnel possède alors 5 890 arpents de forêt (environ 2 900 ha). Le Bois des Pères est détaché de la forêt domaniale.

 

Par ailleurs, on commence à défricher d’épais fourrés de terres “vaines et vagues” entre le Grand et le Petit Essart, qui vont devenir le Clos du Désert ou Clos Saint-Yon (1665).

Le textile se répand dans les campagnes. On voit se multiplier les métiers à tisser la laine ; les tisserands à domicile travaillent pour des marchands de Rouen.

Des travaux importants améliorent (un peu) l’état du “grand chemin royal de Rouen à Pont-Audemer” (passant par le centre du village et “la montagne de Moulineaux”) en 1625.

Dans l’église Saint-Martin “il y a nécessité de refaire tout de neuf les vitraux de l’église… attendu que tout est cassé et brisé”.

Partager cet article

Repost 0

XXe siècle

Publié le

 

 

XXe siècle

 

 

Pendant toute cette période et jusqu’en 1914, Grand-Couronne reste un village dominé par le monde agricole. Cependant, la proximité de Rouen et l’évolution générale du monde transforment peu à peu l’environnement dans lequel vivent les Couronnais dont le nombre stagne jusqu’en 1844 autour de 1 100.

Devant le foisonnement des sources documentaires qui nous permettent de connaître ce siècle, nous avons choisi de nous appuyer sur quelques dates-repères qui nous semblent révélatrices de l’évolution de la commune.

 

1. Le 4 février 1800 disparaissent les éphémères municipalités de canton. Les communes retrouvent leurs maire, adjoints et conseil municipal, même si, tout au long du siècle, les modes de choix de ces représentants et leur nombre varient beaucoup. Les districts se transforment en arrondissements ; un préfet est désormais à la tête du département et soumet les communes à une tutelle étroite. Grand-Couronne devient en 1800 chef-lieu d’un vaste canton qui couvre toute la rive gauche de la Seine (sauf Saint-Sever) et regroupe (comme en 2008) plusieurs communes de la rive droite.

 

2. Le Concordat de 1801, signé au nom du Premier Consul Bonaparte et du pape, fixe les rapports de l’État et de l’Église. Les communes sont obligées de payer les prêtres vicaires. Les instituteurs, dès 1802, sont nommés et rémunérés par elles. À partir de 1816, ils sont subordonnés au curé et au maire. Cette situation durera jusqu’au début de la IIIe République ; la religion reste la base de l’enseignement. Sous la Restauration (1816-1830), le ministère responsable se nomme “Ministère des Affaires ecclésiastiques et de l’Instruction publique“. Il perd sa référence ecclésiastique en 1828.

La loi Guizot du 28 juin 1833 impose à chaque commune une école pour les garçons de 6 à 13 ans. À Grand-Couronne, cette école fonctionnera d’abord dans le vicariat rue de l’Aumône puis, en 1862, dans une construction neuve. L’éducation ne progresse que lentement : 668 élèves dans le canton en 1834 ; 50% des enfants, garçons et filles, scolarisés en 1841.

La loi Falloux du 15 mars 1850 impose aux communes de plus de 800 habitants une école de filles qui, à Grand-Couronne, sera pendant longtemps confiée à des religieuses de Saint-Aubin. La question de la nomination d’enseignantes, religieuses ou laïques, sera souvent au centre des débats et créera de fortes dissensions.

À partir du début des années 1880, sous l’influence de Jules Ferry qui fait adopter la fameuses trilogie : obligation-laïcité-gratuité de l’école, on va voir progresser sensiblement le nombre des garçons et des filles alphabétisés.

 

3. Le premier “gros” changement économique se produit en 1815 lorsqu’un fabricant venu de Caen, Chauvel, installe à Grand-Couronne une fabrique de tulle qu’il dirigera jusqu’à son décès en 1827. Son successeur, Louis Paul Lefort, fait construire une usine qui, grâce à lui et à une famille d’inventeurs de machines, les frères anglais Thomas et surtout Jean Leavers, connaîtra un grand développement. Cependant, le nombre d’employés ne dépassera jamais la cinquantaine. Cette activité se maintiendra jusqu’au milieu des années 1920.

 

4. Une date très importante dans l’histoire de la commune est celle du 19 juillet 1844 : une ordonnance royale rattache à Grand-Couronne la section C de Petit-Couronne, c’est-à-dire Les Essarts. Grand-Couronne gagne d’un coup 500 habitants, un riche territoire agricole, une vaste zone forestière, une activité importante de briqueterie. Mais les premiers temps de la cohabitation furent difficiles. Les Essartais, séparatistes, voulaient, par exemple, leur propre section électorale et leurs propres conseillers au sein de la municipalité, ce qu’ils obtinrent, se sentant méprisés par les Couronnais “du bas”. Ceux-ci considérèrent que Louis-Philippe leur avait fait un cadeau empoisonné. “L’État, … a imposé ce hameau à la commune qui le rejetait” lit-on dans une délibération du 23 novembre 1851. Heureusement, ces oppositions s’apaisèrent avec le temps.

Les limites définitives du territoire communal se fixèrent dans le premier demi-siècle. L’annexion des Essarts donnera à Grand-Couronne une limite de contact avec Oissel ; le chemin de l’Étoile devint, le 5 mars 1820, la “frontière avec Orival”. Avec Moulineaux, ce fut beaucoup plus compliqué. Cette paroisse fut, en 1813, rattachée à La Bouille, mais une partie de son territoire - Le Grésil - fut alors attribué à Grand-Couronne qui le conserva lorsque Moulineaux retrouva sa souveraineté en 1837. Un long contentieux commençait.

Grand-Couronne, qui couvrait 991 hectares en 1800, en a 1 997 en 1868. L’élaboration du cadastre du territoire, décidée par Napoléon Ier en 1807, fut achevé pour Grand-Couronne en 1840.

 

5. À partir du milieu du siècle, le visage du centre-bourg se modifie profondément. En effet, les municipalités successives, malgré la modicité de la population qui décroît jusqu’en fin de siècle (1 700 habitants en 1844, 1395 en 1898 dont 250 aux Essarts ; 32 naissances et 42 décès en 1899), fournissent des efforts de rationalisation de l’espace communal et de modernisation des structures administratives. C’est ainsi qu’en moins de vingt ans on voit, dans le centre du village, s’élever enfin une vraie mairie (1851), une école de filles (1856), une gendarmerie et une école de garçons (1862). Aux Essarts, l’église Saint-Antoine-de-Padoue accueille les fidèles à partir de 1863 ; puis on y ouvre une école au centre du hameau en 1869. Les Essarts, étant érigés en succursale religieuse, se voient désormais dotés d’un curé qui remplace le vicaire. Il est alors nécessaire de construire un presbytère. C’est fait en 1877. L’église Saint-Martin, elle, est rénovée dans les premières années 1880 (cf. “LE FRAIS ET CHARMANT VILLAGE DE GRAND-COURONNE ”).

Autre nécessité : l’apport démographique des Essarts a, après l’unification, augmenté les difficultés d’inhumer dans le lieu séculairement réservé aux morts, autour de l’église Saint-Martin. À partir d’août 1878, les projets de création de deux cimetières se succèdent. Celui de Grand-Couronne mesurera 28 ares, celui des Essarts (près de la forêt) 20 ares. Le cimetière ancien est désaffecté en avril 1883, mais le transfert des tombes ne se fera que beaucoup plus tard.

 

6. Au début de 1883 est inaugurée la voie ferrée Rouen-Elbeuf par Grand-Couronne, tronçon de la ligne Rouen-Orléans, avec la gare et ses maisons de gardes-barrières (cf. “120 ANS DE CHEMIN DE FER À GRAND-COURONNE ” de R. Lefebvre). Ce nouveau mode de communication va, pendant quelques dizaines d’années, devenir le principal moyen de transport, portant un coup sévère à la liaison fluviale Rouen-La Bouille et affaiblissant l’activité des routes empruntées jusque-là. Dans ce domaine aussi la commune a pourtant fourni durant tout le siècle de gros efforts de rationalisation : classement des chemins (dès 1822), élargissement des rues à 6 mètres (1863), alignements, construction de caniveaux et même de trottoirs. Dès 1811, la lacune routière entre Grand-Couronne et Moulineaux était résorbée. En 1853, la côte des Essarts est aménagée. La route Rouen-Les Essarts est devenue carrossable. En 1877, il y a déjà des réverbères à huile.

Dans le même temps commencèrent les travaux d’endiguement et d’approfondissement de la Seine (1848) qui, dès 1856, permettent à des navires calant 7 mètres de remonter jusqu’à Rouen. La deuxième série de travaux (1867-1895) fait disparaître les trous et les irrégularités de largeur du lit à La Bouille, Moulineaux et Grand-Couronne. L’accul est isolé de la Seine par une digue et déjà à demi comblé d’alluvions en 1893.

Enfin, l’administration s’étoffe : un poste de secrétaire de mairie est créé en 1863, un notaire s’installe sur la Grand’Rue, un garde champêtre officie, etc.

 

7. Une grande partie des fléaux du temps passé ont disparu ou se sont raréfiés. Les épidémies meurtrières, malgré les alertes comme celle du choléra en 1832, reculent en face des progrès de l’hygiène et de la médecine. Les famines et disettes deviennent plus rares. L’agriculture devient plus productive : la jachère a disparu à Grand-Couronne en 1843, des cultures se développent comme celle de la pomme de terre dont le canton devient gros producteur, l’emploi d’engrais permet de meilleurs rendements. Mais le seul de ces fléaux qui persiste est celui de la guerre. La commune eut à subir deux fois les drames de l’occupation militaire : en 1816, à la suite de la défaite de Waterloo et de la fin du règne de Napoléon Ier, les Prussiens occupèrent la région rouennaise ; en 1870-71, Grand-Couronne fut une des communes de Seine-Inférieure qui subirent le plus douloureusement la dure présence des troupes allemandes (cf. GRAND-COURONNE DANS LA GUERRE DE 1870-1871 de P. Creoff).

Par contre, la petite commune eut l’honneur de recevoir la visite de deux chefs d’État : le roi Louis-Philippe en 1833, le président de la République Sadi Carnot en septembre 1888

 

 

Partager cet article

Repost 0

XIXe siècle

Publié le

 

 

XIXe siècle

 

 

Pendant toute cette période et jusqu’en 1914, Grand-Couronne reste un village dominé par le monde agricole. Cependant, la proximité de Rouen et l’évolution générale du monde transforment peu à peu l’environnement dans lequel vivent les Couronnais dont le nombre stagne jusqu’en 1844 autour de

1 100.

Devant le foisonnement des sources documentaires qui nous permettent de connaître ce siècle, nous avons choisi de nous appuyer sur quelques dates repères qui nous semblent révélatrices de l’évolution de la commune.

 

1. Le 4 février 1800 disparaissent les éphémères municipalités de canton. Les communes retrouvent leurs maire, adjoints et conseil municipal, même si, tout au long du siècle, les modes de choix de ces représentants et leur nombre varient beaucoup. Les districts se transforment en arrondissements ; un préfet est désormais à la tête du département et soumet les communes à une tutelle étroite.

Grand-Couronne devient en 1800 chef-lieu d’un vaste canton qui couvre toute la rive gauche de la Seine (sauf Saint-Sever) et regroupe (comme en 2008) plusieurs communes de la rive droite.

 

2. Le Concordat de 1801, signé au nom du Premier Consul Bonaparte et du pape, fixe les rapports de l’État et de l’Église. Les communes sont obligées de payer les prêtres vicaires. Les instituteurs, dès 1802, sont nommés et rémunérés par elles. À partir de 1816, ils sont subordonnés au curé et au maire. Cette situation durera jusqu’au début de la IIIe République ; la religion reste la base de l’enseignement. Sous la Restauration (1816-1830), le ministère responsable se nomme “Ministère des Affaires ecclésiastiques et de l’Instruction publique“. Il perd sa référence ecclésiastique en 1828.

 

 Une ordonnance royale rattache à Grand-Couronne la section C de Petit-Couronne, c’est-à-dire Les

Essarts. Grand-Couronne gagne d’un coup 500 habitants, un riche territoire agricole, une vaste zone forestière, une activité importante de briqueterie. Mais les premiers temps de la cohabitation furent difficiles. Les Essartais, séparatistes, voulaient, par exemple, leur propre section électorale et leurs propres conseillers au sein de la municipalité, ce qu’ils obtinrent, se sentant méprisés par la loi Guizot du 28 juin 1833 impose à chaque commune une école pour les garçons de 6 à 13 ans. À Grand-Couronne, cette école fonctionnera d’abord dans le vicariat rue de l’Aumône puis, en 1862, dans une construction neuve. L’éducation ne progresse que lentement : 668 élèves dans le canton en 1834 ; 50% des enfants, garçons et filles, scolarisés en 1841.

La loi Falloux du 15 mars 1850 impose aux communes de plus de 800 habitants une école de filles qui, à Grand-Couronne, sera pendant longtemps confiée à des religieuses de Saint-Aubin. La question de la nomination d’enseignantes, religieuses ou laïques, sera souvent au centre des débats et créera de fortes dissensions.

À partir du début des années 1880, sous l’influence de Jules Ferry qui fait adopter la fameuses trilogie : obligation-laïcité-gratuité de l’école, on va voir progresser sensiblement le nombre des garçons et des filles alphabétisés.

 

3. Le premier “gros” changement économique se produit en 1815 lorsqu’un fabricant venu de Caen, Chauvel, installe à Grand-Couronne une fabrique de tulle qu’il dirigera jusqu’à son décès en 1827. Son successeur, Louis Paul Lefort, fait construire une usine qui, grâce à lui et à une famille d’inventeurs de machines, les frères anglais Thomas et surtout Jean Leavers, connaîtra un grand développement. Cependant, le nombre d’employés ne dépassera jamais la cinquantaine. Cette activité se maintiendra jusqu’au milieu des années 1920.

 

4. Une date très importante dans l’histoire de la commune est celle du 19 juillet 1844 :   les Couronnais “du bas”. Ceux-ci considérèrent que Louis-Philippe leur avait fait un cadeau empoisonné. “L’État, … a imposé ce hameau à la commune qui le rejetait” lit-on dans une

délibération du 23 novembre 1851. Heureusement, ces oppositions s’apaisèrent avec le temps

Les limites définitives du territoire communal se fixèrent dans le premier demi-siècle. L’annexion des Essarts donnera à Grand-Couronne une limite de contact avec Oissel ; le chemin de l’Étoile devint, le 5 mars 1820, la “frontière avec Orival”. Avec Moulineaux, ce fut beaucoup plus compliqué. Cette paroisse fut, en 1813, rattachée à La Bouille, mais une partie de son territoire - Le Grésil - fut alors attribué à Grand-Couronne qui le conserva lorsque Moulineaux retrouva sa souveraineté en 1837. Un long contentieux commençait.

Grand-Couronne, qui couvrait 991 hectares en 1800, en a 1 997 en 1868. L’élaboration du cadastre du territoire, décidée par Napoléon Ier en 1807, fut achevé pour Grand-Couronne en 1840.

 

5. À partir du milieu du siècle, le visage du centre-bourg se modifie profondément. En effet, les municipalités successives, malgré la modicité de la population qui décroît jusqu’en fin de siècle

(1 700 habitants en 1844, 1395 en 1898 dont 250 aux Essarts ; 32 naissances et 42 décès en 1899), fournissent des efforts de rationalisation de l’espace communal et de modernisation des structures administratives. C’est ainsi qu’en moins de vingt ans on voit, dans le centre du village, s’élever enfin une vraie mairie (1851), une école de filles (1856), une gendarmerie et une école de garçons (1862). Aux Essarts, l’église Saint-Antoine-de-Padoue accueille les fidèles à partir de 1863 ; puis on y ouvre une école au centre du hameau en 1869. Les Essarts, étant érigés en succursale religieuse, se voient désormais dotés d’un curé qui remplace le vicaire. Il est alors nécessaire de construire un presbytère. C’est fait en 1877. L’église Saint-Martin, elle, est rénovée dans les premières années 1880 (cf. “LE FRAIS ET CHARMANT VILLAGE DE GRAND-COURONNE ”).

Autre nécessité : l’apport démographique des Essarts a, après l’unification, augmenté les difficultés d’inhumer dans le lieu séculairement réservé aux morts, autour de l’église Saint-Martin. À partir d’août 1878, les projets de création de deux cimetières se succèdent. Celui de Grand-Couronne mesurera 28 ares, celui des Essarts (près de la forêt) 20 ares. Le cimetière ancien est désaffecté en avril 1883, mais le transfert des tombes ne se fera que beaucoup plus tard.

 

6. Au début de 1883 est inaugurée la voie ferrée Rouen-Elbeuf par Grand-Couronne, tronçon de la ligne Rouen-Orléans, avec la gare et ses maisons de gardes-barrières (cf. “120 ANS DE CHEMIN DE FER À GRAND-COURONNE ” de R. Lefebvre). Ce nouveau mode de communication va, pendant quelques dizaines d’années, devenir le principal moyen de transport, portant un coup sévère à la liaison fluviale Rouen-La Bouille et affaiblissant l’activité des routes empruntées jusque-là. Dans ce domaine aussi la commune a pourtant fourni durant tout le siècle de gros efforts de rationalisation : classement des chemins (dès 1822), élargissement des rues à 6 mètres (1863), alignements, construction de caniveaux et même de trottoirs. Dès 1811, la lacune routière entre Grand-Couronne et Moulineaux était résorbée. En 1853, la côte des Essarts est aménagée. La route Rouen-Les Essarts est devenue carrossable. En 1877, il y a déjà des réverbères à huile.

Dans le même temps commencèrent les travaux d’endiguement et d’approfondissement de la Seine (1848) qui, dès 1856, permettent à des navires calant 7 mètres de remonter jusqu’à Rouen. La deuxième série de travaux (1867-1895) fait disparaître les trous et les irrégularités de largeur du lit à La Bouille, Moulineaux et Grand-Couronne. L’accul est isolé de la Seine par une digue et déjà à demi comblé d’alluvions en 1893.

Enfin, l’administration s’étoffe : un poste de secrétaire de mairie est créé en 1863, un notaire s’installe sur la Grand’Rue, un garde champêtre officie, etc.

 

7. Une grande partie des fléaux du temps passé ont disparu ou se sont raréfiés. Les épidémies meurtrières, malgré les alertes comme celle du choléra en 1832, reculent en face des progrès de l’hygiène et de la médecine. Les famines et disettes deviennent plus rares. L’agriculture devient plus productive : la jachère a disparu à Grand-Couronne en 1843, des cultures se développent comme celle de la pomme de terre dont le canton devient gros producteur, l’emploi d’engrais permet de meilleurs rendements. Mais le seul de ces fléaux qui persiste est celui de la guerre. La commune eut à subir deux fois les drames de l’occupation militaire : en 1816, à la suite de la défaite de Waterloo et de la fin du règne de Napoléon Ier, les Prussiens occupèrent la région rouennaise ; en 1870-71, Grand-Couronne fut une des communes de Seine-Inférieure qui subirent le plus douloureusement la dure présence des troupes allemandes (cf. GRAND-COURONNE DANS LA GUERRE DE 1870-1871 de P. Creoff).

Par contre, la petite commune eut l’honneur de recevoir la visite de deux chefs d’État : le roi Louis-Philippe en 1833, le président de la République Sadi Carnot en septembre 1888 .

Partager cet article

Repost 0

Préhistoire et Haut Moyen Âge

Publié le

 

 

Préhistoire et Haut Moyen Âge

 

Nous ne connaissons pas de texte antérieur à l’an 1000 où le nom de Couronne soit mentionné. Cependant l’archéologie nous fournit quelques renseignements concernant l’occupation du sol en ces périodes lointaines.

 

La fréquentation des lieux durant la préhistoire est prouvée par les nombreux outils de silex retrouvés dans la plaine des Essarts. Un menhir, la Pierre Devise (ou des Devises), est mentionné dans des textes du XVIIe et du 18e siècle ; elle était considérée, à ces époques, comme la limite entre la sergenterie de Bédanne et celle du Rouvray. Un texte du 27 janvier 1791 évoque la Pierre Devise qui fait la séparation entre Grand-Couronne et Petit-Couronne. On ne sait quand elle disparut.

L’époque gallo-romaine est encore mieux caractérisée. La présence de plusieurs restes de villas ou de fanums (petites constructions religieuses) est encore visible près des Essarts dans la forêt du Rouvray. Des tracés de voies romaines (dont celle Jognant Rothomagus à Dreux) et peut-être à Ugatte (Caudebec-lès-Elbeuf), ont été mis en évidence par des chercheurs au début du 20e siècle.

En ce qui concerne Grand-Couronne proprement dit, la présence d’un habitat pérenne est attestée au moins à partir du 6e siècle. En 1815, face à l’église Saint-Martin, on découvre en effet des sépultures franques (cercueils de pierre) renfermant des ossements humains, une lance en fer et un style en bronze.

Partager cet article

Repost 0

Histoire des églises de Grand-Couronne

Publié le

Histoire des églises de Grand-Couronne

 

ÉGLISE723 [Résolution de l'écran]Édition Bertout "La mémoire Normande"  - 1993

190 pages, broché, au format 15x21.

Épuisé

Cet ouvrage constitue la première publication de la Société d’Histoire de Grand-Couronne. C’est le fruit d’un travail collectif mené par une dizaine de personnes qui ont participé au dépouillement exhaustif des archives communales, d’une part importante des archives départementales et d’autres sources variées. La rédaction définitive a été assurée par Charles Schneider président d’honneur de la société, René Lefebvre, président, et André Guérard, vice-président et curé doyen de Grand-Couronne.

Il ne s’agit nullement d’une histoire religieuse de la commune, mais de celle des lieux de culte qui y subsistent : églises Saint-Martin, Saint-Antoine-de-Padoue, chapelle Saint-Antoine. Y sont également évoqués des édifices disparus.

Sommaire

Histoire de l’église Saint-Martin
Les origines chrétiennes de Corholm : du paganisme gallo-romain à saint Louis. (par Charles Schneider)
Une pérennité de sept siècles. (par René Lefebvre)

L’église Saint-Martin actuelle
(par André Guérard)

Les autres églises de Grand-Couronne
(par René Lefebvre)

Les bâtiments de culte disparus 
(par René Lefebvre)

Les prêtres de Grand-couronne
(par René Lefebvre et André Guérard)

 

Le groupe saint Martin

 

Saint Martin042Ce groupe exécuté. en pierre de Vernon (très dure) daterait du temps d’Henri II (XVIe siècle). Le “pauvre” a disparu à une date inconnue.

La facture du modelé du visage donne la quasi certitude qu’il s’agit du portrait du seigneur donateur (ce qui est fréquent à cette époque). D’autre part le blason est une indication précise : il représente un chevron d’or encadrant une tête de louve sur fond de gueule. Les notations du costume et du harnachement sont d’une précision exceptionnelle. L’épée plus ample que le fourreau marque symboliquement l’ampleur du partage. La majesté du cheval, en figure de parade, met en évidence la noblesse du geste.

La polychromie primitive, retrouvée sous huit couches de peinture, fait de cette œuvre un document de première grandeur. Il est inscrit à l’inventaire départemental.


 

Philippe le Bel

 

Philippe_Le_bel043--Resolution-de-l-ecran-.jpgParmi les vitraux du chœur celui-ci évoque les visites de Philippe IV le Bel, roi de France de 1825 à 1312, à Grand-Couronne.

L’inscription au bas du vitrail :

“PHILm IV HUC QUATER VENISSE LEGITUR
AB 1290 AD 1312”

Ce vitrail fut offert en mémoire de M. Alphonse-Augustin Duclos

 

Publié dans Editions

Partager cet article

Repost 0

120 ans de chemin de fer à Grand-Couronne

Publié le

 

 

120 ans de chemin de fer à Grand-Couronne


 

chemin de fer [Résolution de l'écran]

 

 Éditions “Société d’Histoire de Grand-Couronne”  - 2003
190 pages, broché, au format 22x30.
Prix 6 €

 

La physionomie d’une ville porte les traces de son passé. Le connaître, c’est comprendre comment elle a évolué, comment se sont opérées les mutations successives de son économie, de son urbanisation, des activités et des mentalités de sa population pour aboutir à la situation actuelle.

Si un événement a profondément marqué l’aspect de Grand-Couronne et modelé le comportement de ses habitants, c’est bien la construction de la ligne de chemin de fer dont l’histoire et l’impact sont ici retracés.


  La gare au début du XXe siècle

 

gare137 Carte postale.
La gare est actuellement transformée en habitations par une société d’HLM.

 

 

 bonjour 

 

Publié dans Editions

Partager cet article

Repost 0

Création de la société d'histoire de Grand-Couronne

Publié le

 

Création de la société d'histoire de Grand-Couronne

 

logo1Le 24 janvier 1991, huit personnes se réunissent chez Gérard Gillard et Françoise Morise, avenue Jean Jaurès pour parler de l’éventuelle constitution d’une société locale spécialisée dans les recherches historiques. En effet on déplore alors la quasi-inexistence d’études sur la ville et son passé, mises à part des articles de Charles Schneider sur les vestiges antiques et sur les seigneurs de Grand-Couronne et, plus anciens, les travaux inachevés d’Édmond Laporte à la fin du XIXe siècle. Les participants à la réunion souhaitent mettre fin à cette situation dans une ville qui, depuis une trentaine d’années, connaît un grand essor culturel.

Le 22 avril 1991, a lieu la réunion constitutive de la SOCIÉTÉ D’HISTOIRE DE GRAND-COURONNE dont le premier bureau est élu. René Lefebvre en est le président et André Guérard le vice-président. On y décide l’adhésion immédiate au Cercle culturel communal et le lancement des premières recherches sur l’église Saint-Martin et la deuxième guerre mondiale. Cette réunion s’est tenue en présence de Daniel Fauvel, président de la Société Libre d’Émulation. Charles Schneider, membre de l’Académie de Rouen, accepte la présidence d’honneur. La société compte dix adhérents à l’origine.

Les buts de l’association

  • Recherche, conservation et constitution d’un fond de documents et d'une photothèque
  • Diffusion du résultat des recherches auprès du public
  • Initiation à la recherche historique

Ses moyens d’action

  • Publications diverses : livres, revues, brochures, articles
  • Édition de cartes postales
  • Interventions dans les écoles
  • Expositions
  • Concours
  • Visites guidées
  • Excursions à thèmes historiques
  • Participation aux animations communales (la société sera présente à toutes les fêtes des associations organisées à Grand-Couronne)

Le 22 janvier 1993, à l’assemblée générale, l’effectif était passé de 10 à 20 membres .

La première publication a eu lieu en décembre 1993. Il s’agit de l’Histoire des églises de Grand-Couronne dont le tirage, à 500 exemplaires est rapidement épuisé, 400 volumes ayant été vendus par souscription.

La première exposition, à l’Orangerie, prend place du 10 au 22 mai 1994. Elle s’intitule Rues et quartiers de Grand-Couronne hier et aujourd’hui. Elle attire 550 personnes. Elle sera suivie, du 14 au 27 novembre de la même année, de La tragédie et l’espoir. La deuxième guerre mondiale à Grand-Couronne qui reçoit 1 100 visiteurs dont 250 élèves.

L’activité était définitivement lancée. Le nombre des adhérents oscille chaque année entre 25 et 30. Y ont leur place aussi bien des professeurs de l’histoire (enseignants, archéologues) que des passionnés de leur ville, qui y apportent leurs compétences et leur disponibilités pour des tâches diverses : collecte des témoignages, recherche de documents et leur classement, saisies informatiques, mise en ordre des différends fonds, etc.

La Société d’Histoire de Grand-Couronne travaille en étroite liaison avec les services du patrimoine, des archives de la commune ainsi qu’avec la bibliothèque Boris Vian . Elle s’intéresse aussi à ce qui se passe à l’extérieur, entretient, par exemple, des correspondances avec des chercheurs alsaciens, espagnols, avec le musée de la dentelle de Calais. Elle apporte son soutien à l’association Panorama de Bonsecours dans sa défense du site de la Côte Sainte-Catherine.

Depuis l’été 1995 la ville a mis à sa disposition des locaux dans la Maison Anquetin, 23 rue Jean Jaurès, où se tient tous les vendredis après-midi une permanence assurée par des membres disponibles.

La Société se consacre toujours à la recherche et à l’enrichissement de documents divers qu’elle étudie, reproduit avec l’autorisation du prêteur à qui l’original est restitué. Aucun document n’est négligeable, même s’il ne semble pas présenter un grand intérêt :

  • photos de famille, cérémonies (mariages, communion par exemple), cartes postales, correspondance, factures, photos de maisons, fêtes, loisirs, sports, activités industrielles, portuaire, forestière, agricole,
  • documents officiels : papiers administratifs, cartes d’adhérents (sports, musique, syndicats, partis politiques, associations),
  • journaux .

Les ressources de la Société proviennent des cotisations et dons de ses membres, d’une subvention municipale annuelle, du produit de la vente de ses publications dont quelques unes peuvent recevoir des aides de collectivités territoriales.

Il paraît presque inutile de préciser que les plus solides liens de confiance, de solidarité, d’amitié soudent les membres de l’association qui n’oublient pas , de temps en temps, d’organiser des réunions internes empreintes de convivialité, autour d’un bon repas ou du traditionnel verre de l’amitié. Chacun, Couronnais ou non, peut bénéficier de cette atmosphère en adhérant à la Société d’Histoire pour une modique cotisation.

 

 

Publié dans La société

Partager cet article

Repost 0

Armoiries

Publié le

 

Armoiries

 

blasonLe projet de blason pour la ville de Grand-Couronne retenu par le Conseil municipal dans sa séance du 12 juillet 1957 a voulu rappeler la fondation du village par les Normands.

Kohr-Holm, c’est pourquoi sur le premier quartier de l’écu figure le devant d’un léopard du blason des ducs de Normandie ;

le deuxième quartier rappelle par la demi-couronne le don fait à la commune par la reine Mathilde ;

le troisième quartier, par l’avant d’une gribane, barque normande à fond plat, la chaîne de touage, ainsi que les ondes, figure la Seine et ses activités ;

le quatrième quartier où est représenté un quart de roue d’engrenage figure le symbole des industries locales ;

les murailles figurent classiquement la ville, les créneaux sont un souvenir du Mur crénelé des essarts rappelant un épisode local de la guerre 1870-1871 ;

le rameau de chêne est significatif de la forêt du Rouvray et le rameau d’olivier le bombardement de 1944 et l’attitude digne de la population dans les épreuves.

Ce blason est dû au talent de M. Hardy André, adjoint technique municipal.

 

 

Publié dans Armoiries

Partager cet article

Repost 0

Grand-Couronne dans la guerre de 1870-1871

Publié le

 

Grand-Couronne dans la guerre de 1870-1871


 

1870Éditions “Société d’Histoire de Grand-Couronne”  - 2007

92 pages, broché, au format 22x30

prix 20 €

Dès sa création, la Société d’Histoire de Grand-Couronne s’est donné pour objectif de retracer l’histoire de la commune mais également de la faire connaître à ses habitants par ses expositions ses conférences et ses publications.

Cependant, les événements qui concernent une petite localité se situent dans un contexte historique plus large -national et international - qui les détermine et les explique.

 

En rappelant les causes et l’évolution du conflit franco-prussien de 1870-1871, l’ouvrage de Pascal Creoff établit très justement le lien entre l’histoire générale et les faits qui se déroulent à Grand-Couronne et dans ses environs.

Si une grande partie de la France a été meurtrie par cette guerre, Grand-Couronne a particulièrement souffert des rigueurs et des humiliations d’une occupation étrangère autoritaire et exigeante, qui épuise ses ressources et exerce une domination impitoyable. Cette petite commune dut, pendant près de cinq mois, assurer le logement et subvenir à l’entretien d’un important contingent de soldats, comme en témoignent les ordres de réquisition. Il fallut de nombreuses années - comme dans tout le pays - pour se relever d’une telle épreuve.

Ce livre, qui retrace un épisode de l’histoire locale, ne présente pas seulement un intérêt pour les Couronnais et les habitants des alentours, mais s’adresse aussi à tous ceux qui, bien qu’étrangers à la région, s’intéressent aux souffrances des populations en temps de guerre.

  journée du 3024

 

 

Le mur crénelé aux Essarts. Tourelle et mur de germe percés de créneaux par les Prussiens en 1870.

 mur crenele 

 

 

 

 

 

 

Ce mur disparut lors de la construction de l’autoroute en 1971 .

Publié dans Editions

Partager cet article

Repost 0

<< < 1 2 3 4 5 > >>