Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

editions

Chapelle-Darblay Chronique d’un combat victorieux

Publié le

 

Chapelle-Darblay  chronique d’un combat victorieux


 

 chapelle048Éditions “Société d’Histoire de Grand-Couronne” 2008
192 pages, broché, au format 22x30.
Prix 28 €

Dans son cinquième ouvrage, la Société d’Histoire de Grand-Couronne publie pour la première fois un témoignage sur un événement relativement récent. Il s’agit en effet de la relation par l’un de ses protagonistes majeurs, d’un long et très dur conflit qui a marqué profondément les Couronnais qui en furent acteurs ou témoins. L’auteur, Christian Stéphan, alors responsable du syndicat CGT de l’usine Chapelle-Darblay (devenue depuis UPM Kymméné), à partir de la documentation très abondante et originale, aussi bien écrite qu’iconographique, qu’il accumulée, a tenu à, faire partager sa connaissance intime des problèmes qui se sont posés lorsqu’il fut question de supprimer l’un des fleurons de l’industrie papetière française.

Cet ouvrage constitue une nouveauté pour notre société : c’est le point de vue d’un personne engagée, partie prenante d’un histoire dans laquelle elle s’est totalement impliquée, qui est donné ici. Le résultat de son travail constitue, à notre avis une passionnante plongée au cœur d’un monde dont, pour certains d’entre-nous, nous n’avions qu’une vision plutôt extérieure.

Cette publication parle d’un moment crucial dans la vie industrielle de Grand-Couronne. En quelques années, en effet, cette ville a failli perdre ses deux principales sources de richesse et d’emploi, mis en place dans l’entre-deux guerres. Si grâce à ce “combat victorieux” dont parle Christian Stéphan la papeterie a pu être sauvée, au prix de douloureux sacrifices, la seconde usine, PEC-APC, elle, disparut quelques années plus tard en 1992.


  À la une de la Vie ouvrière


  vo 

 

 

 

 

 

 

 

Octobre 1987. Cinquante-sept salariés sont sanctionnés pour fait de grève


 


 


 

   

darblay3Ce livre a pour seule ambition de verser une très riche expérience au compte des actions syndicales. La lutte des travailleurs de Chapelle-Darblay, c’est une victoire pour le maintien des usines, pour l’emploi, pour le respect des libertés syndicales et démocratiques. C’est aussi un témoignage de la validité de l’action collective des salariés, de toute la CGT et de la population pour que cet héritage serve aux batailles d’aujourd’hui



 

  darblay2


 

  

 

 

 




 

 

 

 

Campagne de propagande de la direction
maquillée par la CGT

darblay1 

 

Publié dans Editions

Partager cet article
Repost0

Le frais et charmant village de Grand-Couronne

Publié le

 

Le frais et charmant village de Grand-Couronne

 

VILLAGE [Résolution de l'écran] Éditions “Société d’Histoire de Grand-Couronne”  - 1997
190 pages, cartonné, au format 22x30.
Prix 27 €

  

Le titre de cet ouvrage n’est nullement provocateur. Il y a moins de cent ans, Grand-Couronne ne se différenciait guère des villages voisins si ce n’est par le rôle de chef-lieu de canton. C’était alors une commune agricole , un petit bourg pris entre de vastes prairies bordant la Seine et les champs sur les pentes, séparé par la forêt du languissant hameau des Essarts où les citadins venaient le dimanche ou en été goûter aux joies de la nature ou se régénérer au grand air.


 

La Société d’Histoire présente l’analyse d’un groupe humain au moment où il vit les dernières années de sa vocation rurale, où de grands bouleversements se préparent, qui vont être accélérés par la première guerre mondiale. Elle essaie de faire partager une manière de vivre qui paraît bien loin de la ville d’aujourd’hui.

Une très abondante illustration (plus de 200 documents) tirée de collections de cartes postales anciennes, de photos prises au tournant du siècle par des amateurs curieux, nous plonge au cœur d’une époque où l’on se baignait encore dans la Seine, où les piétons circulaient sans crainte au milieu de la rue, où le travail manuel employait la majeure partie des Couronnais.

Sommaire

Les rues
L’habitat
Le travail
Grand-Couronne chef-lieu administratif
Manifestations collectives et loisirs individuels
Économie domestique et populaire
Personnalités

Les textes sont de : Thérèse Boulanger, Pascal Creoff, Olivier Douard, Séverine Flahaut
et René Lefebvre.

 

La mairie de Grand-Couronne

   

mairie049 [Résolution de l'écran]Carte postale envoyée en 1905.

La mairie a été détruite lors du bombardement de juin 1944.






 

 

La Grand’Rue

 

  grand rue050

 

 

 

Publié dans Editions

Partager cet article
Repost0

<< < 1 2