Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Chapelle-Darblay Chronique d’un combat victorieux

Publié le

 

Chapelle-Darblay  chronique d’un combat victorieux


 

 chapelle048Éditions “Société d’Histoire de Grand-Couronne” 2008
192 pages, broché, au format 22x30.
Prix 28 €

Dans son cinquième ouvrage, la Société d’Histoire de Grand-Couronne publie pour la première fois un témoignage sur un événement relativement récent. Il s’agit en effet de la relation par l’un de ses protagonistes majeurs, d’un long et très dur conflit qui a marqué profondément les Couronnais qui en furent acteurs ou témoins. L’auteur, Christian Stéphan, alors responsable du syndicat CGT de l’usine Chapelle-Darblay (devenue depuis UPM Kymméné), à partir de la documentation très abondante et originale, aussi bien écrite qu’iconographique, qu’il accumulée, a tenu à, faire partager sa connaissance intime des problèmes qui se sont posés lorsqu’il fut question de supprimer l’un des fleurons de l’industrie papetière française.

Cet ouvrage constitue une nouveauté pour notre société : c’est le point de vue d’un personne engagée, partie prenante d’un histoire dans laquelle elle s’est totalement impliquée, qui est donné ici. Le résultat de son travail constitue, à notre avis une passionnante plongée au cœur d’un monde dont, pour certains d’entre-nous, nous n’avions qu’une vision plutôt extérieure.

Cette publication parle d’un moment crucial dans la vie industrielle de Grand-Couronne. En quelques années, en effet, cette ville a failli perdre ses deux principales sources de richesse et d’emploi, mis en place dans l’entre-deux guerres. Si grâce à ce “combat victorieux” dont parle Christian Stéphan la papeterie a pu être sauvée, au prix de douloureux sacrifices, la seconde usine, PEC-APC, elle, disparut quelques années plus tard en 1992.


  À la une de la Vie ouvrière


  vo 

 

 

 

 

 

 

 

Octobre 1987. Cinquante-sept salariés sont sanctionnés pour fait de grève


 


 


 

   

darblay3Ce livre a pour seule ambition de verser une très riche expérience au compte des actions syndicales. La lutte des travailleurs de Chapelle-Darblay, c’est une victoire pour le maintien des usines, pour l’emploi, pour le respect des libertés syndicales et démocratiques. C’est aussi un témoignage de la validité de l’action collective des salariés, de toute la CGT et de la population pour que cet héritage serve aux batailles d’aujourd’hui



 

  darblay2


 

  

 

 

 




 

 

 

 

Campagne de propagande de la direction
maquillée par la CGT

darblay1 

 

Publié dans Editions

Partager cet article

Repost 0

Adhésions

Publié le

Pour adhérer  à la société d'histoire, vous pouvez écrire à l'adresse ci-dessous :

 

Société d'histoire de Grand-Couronne

espace Daniel Carmon, Place Aimé Césaire (ancienne maison Noblet près de l'Avant-Scène) tel. 02 35 69 37 85

Les cotisations 2011 sont de :

 membre : 16 euros

membre étudiant ; 10 euros

 

 

Publié dans La société

Partager cet article

Repost 0

4 Février 2011 - Sonopa, PEC et Jupiter dans les luttes pour le pain, la paix et les libertés pendant le front populaire 1936 - 1938

Publié le

18 h 30 à la bibliothèque Boris Vian de Grand Couronne

Sonopa, PEC et Jupiter dans les luttes pour le pain, la paix et les libertés pendant le front populaire 1936 - 1938

 

Par Gérard Gillard, membre de la société d'histoire

 

entrée libre

  

afficheGillard 

Publié dans Conférences, expositions

Partager cet article

Repost 0

Le frais et charmant village de Grand-Couronne

Publié le

 

Le frais et charmant village de Grand-Couronne

 

VILLAGE [Résolution de l'écran] Éditions “Société d’Histoire de Grand-Couronne”  - 1997
190 pages, cartonné, au format 22x30.
Prix 27 €

  

Le titre de cet ouvrage n’est nullement provocateur. Il y a moins de cent ans, Grand-Couronne ne se différenciait guère des villages voisins si ce n’est par le rôle de chef-lieu de canton. C’était alors une commune agricole , un petit bourg pris entre de vastes prairies bordant la Seine et les champs sur les pentes, séparé par la forêt du languissant hameau des Essarts où les citadins venaient le dimanche ou en été goûter aux joies de la nature ou se régénérer au grand air.


 

La Société d’Histoire présente l’analyse d’un groupe humain au moment où il vit les dernières années de sa vocation rurale, où de grands bouleversements se préparent, qui vont être accélérés par la première guerre mondiale. Elle essaie de faire partager une manière de vivre qui paraît bien loin de la ville d’aujourd’hui.

Une très abondante illustration (plus de 200 documents) tirée de collections de cartes postales anciennes, de photos prises au tournant du siècle par des amateurs curieux, nous plonge au cœur d’une époque où l’on se baignait encore dans la Seine, où les piétons circulaient sans crainte au milieu de la rue, où le travail manuel employait la majeure partie des Couronnais.

Sommaire

Les rues
L’habitat
Le travail
Grand-Couronne chef-lieu administratif
Manifestations collectives et loisirs individuels
Économie domestique et populaire
Personnalités

Les textes sont de : Thérèse Boulanger, Pascal Creoff, Olivier Douard, Séverine Flahaut
et René Lefebvre.

 

La mairie de Grand-Couronne

   

mairie049 [Résolution de l'écran]Carte postale envoyée en 1905.

La mairie a été détruite lors du bombardement de juin 1944.






 

 

La Grand’Rue

 

  grand rue050

 

 

 

Publié dans Editions

Partager cet article

Repost 0

Présentation

Publié le par societe-histoire-grand-couronne.over-blog.fr

logo1

Le 24 janvier 1991, huit personnes se réunissent chez Gérard Gillard et Françoise Morise, avenue Jean Jaurès pour parler de l’éventuelle constitution d’une société locale spécialisée dans les recherches historiques. En effet on déplore alors la quasi-inexistence d’études sur la ville et son passé, mises à part des articles de Charles Schneider sur les vestiges antiques et sur les seigneurs de Grand-Couronne et, plus anciens, les travaux inachevés d’Édmond Laporte à la fin du XIXe siècle. Les participants à la réunion souhaitent mettre fin à cette situation dans une ville qui, depuis une trentaine d’années, connaît un grand essor culturel.

Le 22 avril 1991, a lieu la réunion constitutive de la SOCIÉTÉ D’HISTOIRE DE GRAND-COURONNE dont le premier bureau est élu. René Lefebvre en est le président et André Guérard le vice-président. On y décide l’adhésion immédiate au Cercle culturel communal et le lancement des premières recherches sur l’église Saint-Martin et la deuxième guerre mondiale. Cette réunion s’est tenue en présence de Daniel Fauvel, président de la Société Libre d’Émulation. Charles Schneider, membre de l’Académie de Rouen, accepte la présidence d’honneur. La société compte dix adhérents à l’origine.

Les buts de l’association

Recherche, conservation et constitution d’un fond de documents et d'une photothèque

Diffusion du résultat des recherches auprès du public

Initiation à la recherche historique

Ses moyens d’action

Publications diverses : livres, revues, brochures, articles

Édition de cartes postales

Interventions dans les écoles

Expositions

Concours

Visites guidées

Excursions à thèmes historiques

Participation aux animations communales (la société sera présente à toutes les fêtes des associations organisées à Grand-Couronne)

Le 22 janvier 1993, à l’assemblée générale, l’effectif était passé de 10 à 20 membres

La première publication a eu lieu en décembre 1993. Il s’agit de l’Histoire des églises de Grand-Couronne dont le tirage, à 500 exemplaires est rapidement épuisé, 400 volumes ayant été vendus par souscription.

La première exposition, à l’Orangerie, prend place du 10 au 22 mai 1994. Elle s’intitule Rues et quartiers de Grand-Couronne hier et aujourd’hui. Elle attire 550 personnes. Elle sera suivie, du 14 au 27 novembre de la même année, de La tragédie et l’espoir. La deuxième guerre mondiale à Grand-Couronne qui reçoit 1 100 visiteurs dont 250 élèves.

L’activité était définitivement lancée. Le nombre des adhérents oscille chaque année entre 25 et 30. Y ont leur place aussi bien des professeurs de l’histoire (enseignants, archéologues) que des passionnés de leur ville, qui y apportent leurs compétences et leur disponibilités pour des tâches diverses : collecte des témoignages, recherche de documents et leur classement, saisies informatiques, mise en ordre des différends fonds, etc.

La Société d’Histoire de Grand-Couronne travaille en étroite liaison avec les services du patrimoine, des archives de la commune ainsi qu’avec la bibliothèque Boris Vian . Elle s’intéresse aussi à ce qui se passe à l’extérieur, entretient, par exemple, des correspondances avec des chercheurs alsaciens, espagnols, avec le musée de la dentelle de Calais. Elle apporte son soutien à l’association Panorama de Bonsecours dans sa défense du site de la Côte Sainte-Catherine.

Depuis l’été 1995 la ville a mis à sa disposition des locaux dans la Maison Anquetin, 23 rue Jean Jaurès, où se tient tous les vendredis après-midi une permanence assurée par des membres disponibles.

La Société se consacre toujours à la recherche et à l’enrichissement de documents divers qu’elle étudie, reproduit avec l’autorisation du prêteur à qui l’original est restitué. Aucun document n’est négligeable, même s’il ne semble pas présenter un grand intérêt :

  • photos de famille, cérémonies (mariages, communion par exemple), cartes postales, correspondance, factures, photos de maisons, fêtes, loisirs, sports, activités industrielles, portuaire, forestière, agricole,
  • documents officiels : papiers administratifs, cartes d’adhérents (sports, musique, syndicats, partis politiques, associations),
  • journaux .

Les ressources de la Société proviennent des cotisations et dons de ses membres, d’une subvention municipale annuelle, du produit de la vente de ses publications dont quelques unes peuvent recevoir des aides de collectivités territoriales.

Il paraît presque inutile de préciser que les plus solides liens de confiance, de solidarité, d’amitié soudent les membres de l’association qui n’oublient pas , de temps en temps, d’organiser des réunions internes empreintes de convivialité, autour d’un bon repas ou du traditionnel verre de l’amitié. Chacun, Couronnais ou non, peut bénéficier de cette atmosphère en adhérant à la Société d’Histoire pour une modique cotisation.

Partager cet article

Repost 0

Armoiries

Publié le par societe-histoire-grand-couronne.over-blog.fr

Armoiries

  blason

Le projet de blason pour la ville de Grand-Couronne retenu par le Conseil municipal dans sa séance du 12 juillet 1957 a voulu rappeler la fondation du village par les Normands.

Kohr-Holm, c’est pourquoi sur le premier quartier de l’écu figure le devant d’un léopard du blason des ducs de Normandie ;

le deuxième quartier rappelle par la demi-couronne le don fait à la commune par la reine Mathilde ;

le troisième quartier, par l’avant d’une gribane, barque normande à fond plat, la chaîne de touage, ainsi que les ondes, figurent la Seine et ses activités ;

le quatrième quartier où est représenté un quart de roue d’engrenage figure le symbole des industries locales ;

les murailles figurent classiquement la ville, les créneaux sont un souvenir du Mur crénelé des essarts rappelant un épisode local de la guerre 1870-1871 ;

le rameau de chêne est significatif de la forêt du Rouvray et le rameau d’olivier le bombardement de 1944 et l’attitude digne de la population dans les épreuves.

Ce blason est dù au talent de M. Hardy André, adjoint technique municipal.

Partager cet article

Repost 0

<< < 1 2 3 4 5